ⓘ Rue Henri Maus

                                     

ⓘ Rue Henri Maus

Le 5 mai 1881, le charbonnage de la Haye s’y effondre en entraînant dans sa chute plusieurs maisons. La rue est alors obstruée à partir de la rue Lambinon. Durant plusieurs mois, on se sert d’un étroit passage qui a été pratiqué pour se rendre rue Chauve-Souris. L’année suivante, la société des Charbonnages de la Haye fait établir une voie ferrée partant de son siège de Saint-Gilles et aboutissant au siège Piron pour déverser les schistes extraits de ses puits, car la ville ne permet plus de les déposer au Laveu.

Un autre travail s’impose depuis de longues années à lentrée de la rue: l’élargissement du viaduc. Craignant les tassements du terrain par suite des travaux houillers, les autorités se range en 1913 à un projet de viaduc métallique sur piles en granit. L’exécution en avait été entreprise en juillet 1914, quand quelques jours plus tard la déclaration de guerre vient suspendre à nouveau la réalisation de ce travail d’utilité publique. Le viaduc n’a été exécuté quen 1925.

                                     

1. Situation et description

Cette artère marque la limite nord du quartier du Laveu. Longue denviron 1 550 m, la rue sélève parallèlement à la rue Saint-Gilles au nord et à la rue du Laveu au sud pour rejoindre les hauteurs de la ville à Saint-Gilles. La partie supérieure de la rue, qui opère deux virages en épingle à cheveux, traverse une petite zone boisée non habitée. La rue compte environ 275 habitations.

                                     

2. Architecture

La rue possède quelques immeubles de style Art nouveau aux n os 44 architecte Joseph Nusbaum, 56/58, 72 architecte A. Denoel, 1908 et 167 maison Demblon, architecte Joseph Nusbaum.

Une maison de style moderniste datée de 1936 et réalisée par larchitecte J. Minguet se situe au n° 162.