ⓘ Rue Jean-Baptiste-Pigalle

                                     

ⓘ Rue Jean-Baptiste-Pigalle

Longue de 583 mètres, la rue débute au 18, rue Blanche et finit au 9, place Pigalle. Elle est en sens unique dans le sens sud-nord.

Le quartier est desservi, au nord, par les lignes de bus RATP 40 54 et par les lignes à la station Pigalle et, au sud, par la ligne à la station Trinité - dEstienne dOrves.

                                     

1. Historique

Elle apparaît sous forme de chemin sur le plan dAlbert Jouvin de Rochefort en 1672.

Sur les plans du XVIII e siècle, elle est indiquée sous le nom de "rue Royale". À cette époque, seule la partie sud, vers la rue Blanche, est urbanisée, le reste nétant encore quun chemin menant vers Montmartre.

Le 18 nivôse an VIII 8 janvier 1800, il est décidé que la voie soit renommée "rue du Champ-de-Repos". Mais ce voeu nest pas suivi deffet. Le 22 du même mois, il est décidé dappeler la voie "rue de lAn VIII". Finalement dans le courant de lan X 1803, elle est renommée "rue Pigalle".

Le nom de cette voie a été modifié par l’arrêté municipal du 1 er avril 1993 en ajoutant son prénom au nom de l’artiste: la "rue Pigalle" devenant la "rue Jean-Baptiste-Pigalle", ce qui a eu pour effet de moins associer cette voie à ce qui est convenu d’appeler "Pigalle", c’est-à-dire un quartier chaud, centré sur la place Pigalle qui a gardé son nom.

                                     

2. Bâtiments remarquables, et lieux de mémoire

  • N o 45: la chanteuse Fréhel y décède le 3 février 1951. Limmeuble est alors un hôtel de passe.
  • N o 73: dans cet immeuble résida Maurice Ravel de 1886 à 1896, période où il étudia la musique au Conservatoire de Paris.
  • N o 58: ici se trouvait le cabaret Les Tréteaux de Tabarin qui deviendra le cabaret de La Lune Rousse en 1914.
  • N o 55: Juliette Drouet y vécut, rejointe en 1874 par son amant Victor Hugo.
  • N o 14: Le cabaret Fred Paynes Bar dans les années 1930.
  • N o 66: Ada "Bricktop" Smith y transfère son cabaret, devenu Chez Bricktop, en 1929 où Edith Wilson, Ruth Virginia Bayton et Zaidee Jackson se produisent.
  • N o 59 bis: le cabaret dansant Floresco, la bonbonnière de Paris dans les années 1930.
  • N o 62: Étienne Carjat y eut son atelier. Adresse de la boîte de jazz La Roulotte renommée un moment Chez Django Reinhardt.
  • N os 69-71: ancien relais de poste à chevaux, en 1830, détruit en 1960, avec abreuvoir dans la cour. Remise pour voitures de luxe. Labreuvoir subsiste dans le jardin privé de cette résidence privée.
  • N o 37: le peintre Frank-Will 1900-1950 y vécut.
  • N o 7: en 1883, le peintre Eugène Berthelon 1829-1916, de lÉcole de Barbizon, demeura à cette adresse jusquen 1887.
  • N o 28: les peintres Pierre Bonnard, Édouard Vuillard et Maurice Denis y partagèrent un atelier dans les années 1890. Ils y fondèrent le groupe des nabis.
  • N o 59: le cabaret de nuit Caprice dans les années 1940.
  • N o 52: le cabaret Le Grand Duc, dirigé par Eugene Jacques Bullard où se produit Florence Emery Jones, Ada "Bricktop" Smith y fait ses débuts en France en remplacement de Jones avant douvrir son propre cabaret, The Music Box, dans la même rue en 1926.
  • N o 12: la fin de sa vie, lécrivain Eugène Scribe y fit construire son hôtel particulier, y plaça en 1857 six panneaux peints muraux retraçant sa vie, commandés à Jules Héreau, et y mourut le 20 février 1861.
  • N o 54: autrefois LHeure bleue, un cabaret russe où jouait Django Reinhardt et repaire de collaborateurs pendant loccupation de Paris sous la Seconde Guerre mondiale. Dans les années 1950, il est repris par Monique Carton, dite Moune. Elle crée alors le cabaret féminin Chez Moune.