ⓘ Rue Hallé

                                     

ⓘ Rue Hallé

La rue Hallé est desservie à proximité par la ligne à la station Mouton-Duvernet, ainsi que par les lignes à la station Denfert-Rochereau et par les lignes de bus RATP 28 38 68.

                                     

1. Historique

La rue fait partie du village dOrléans, quartier d’Orléans ou quartier de la Commanderie, créé aux cours des années 1830 par Léopold Javal par lotissement de terrains au sud de l’hospice de la Rochefoucauld actuel hôpital La Rochefoucauld entre la route d’Orléans et la rue de la Tombe-Issoire, situés sur le territoire de la commune de Montrouge annexée à Paris en 1860.

La rue figure sous la dénomination de "rue de la Santé" sur le plan dAndriveau-Goujon de 1846. Ce nom est dû à la proximité de lhospice La Rochefoucauld actuel hôpital La Rochefoucauld ou maison de Santé.

Cette rue résulte, par un décret du 2 octobre 1865, de la fusion sous sa dénomination actuelle des 3 rues de lannexion du Petit-Montouge par la capitale.:

  • entre les rues Du Couédic et Rémy-Dumoncel ; de la "rue Neuve-Saint-Jacques" ;
  • entre les rues Rémy-Dumoncel et du Commandeur ; de l "avenue du Capitaine".
  • entre les rues de la Tombe-Issoire et Du Couédic ; de l "avenue de la Santé" ;

La rue est classée dans la voirie parisienne par un décret du 23 mai 1863 entre les rues de la Tombe-Issoire et Rémy-Dumoncel et par un arrêté du 7 février 1933, entre les rues Rémy-Dumoncel et du Commandeur.

La partie est-ouest de la rue est parcourue en sous-sol par une galerie dinspection des carrières, qui porte le même odonyme, et qui fut en partie remblayée par lInspection générale des carrières au XX e siècle pour isoler définitivement les catacombes de Paris du reste du Grand réseau sud.

                                     

2. Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

  • N o 10: atelier du sculpteur Claude Bouscau 1909-1985, qui résidait au 40, square Montsouris.
  • N o 53: Alain Scoff, auteur, scénariste, qui a aussi écrit des sketchs et joué dans Cocorico, y a habité pendant de longues années, jusquà son décès en 2013.
  • N o 53: Vijay Singh, écrivain et cinéaste connu pour ses films Jaya, fille du Gange, One Dollar Curry, Adieu mon soldat indien, India by Song, et ses romans Jaya Ganga, Le Gange et son double, Tourbillon dombres, et qui a été journaliste à Libération, y habite depuis 1982.